CHALEUR ET MUSELIERES

Mercredi 18 Avril 2018

J’aimerais venir sur un point que je considère comme très important, qui concerne beaucoup d’entre nous (depuis la loi sur les chiens dits « dangereux ») et qui peut devenir un véritable problème pour la santé de nos chiens, c’est à dire la muselière
Nous allons déjà faire un petit rappel sur le système de thermorégulation du chien qui me semble parfois être mal connu par certains propriétaires. 
 
La température moyenne interne du chien est de 38°C. Qu’il fasse chaud ou froid, l’organisme du chien cherche à maintenir cette température constante : c’est la thermorégulation

Lorsqu’il fait très chaud, la thermorégulation met en jeu un ensemble de stratagèmes pour rafraîchir le corps : le but est de faire évaporer l’eau de l’organisme pour perdre des calories et donc de la chaleur (thermolyse). 

Plusieurs moyens sont possibles : 

– La transpiration. Contrairement à nous, le chien ne transpire quasiment pas : il ne possède pas de glandes sudoripares (les glandes qui fabriquent et évacuent la sueur) à la surface de sa peau, mis à part sur ses coussinets. Le chien transpire donc uniquement des coussinets : cela ne suffit pas à le rafraîchir efficacement. 

– Le halètement. Votre chien respire très vite, gueule ouverte, la langue largement sortie, il bave un peu : il cherche à se rafraîchir ! A chaque expiration, une grande quantité d’eau s’évapore (souvenez-vous lorsque l’on souffle sur une vitre : on a de la buée…) et permet de refroidir le corps. Plus il fait chaud plus le chien respire vite. Remarquons que le chien halète également après un gros effort physique car l’activité musculaire fait également augmenter la température du corps ! 

En parallèle, la fréquence cardiaque augmente, les vaisseaux sanguins se dilatent : c’est pourquoi les muqueuses (par exemple les gencives) et la peau d’habitude rose pâle, deviennent rose foncé. 

Le coup de chaleur survient lorsque le système de thermorégulation du chien est « dépassé » : la température du chien augmente inexorablement (parfois jusqu’à 40-41°C) entraînant une souffrance de tous les organes et souvent une atteinte neurologique. Le coup de chaleur peut être fatal pour l’animal s’il n’est pas traité à temps. 

La muselière est un ustensile qui peut entraver ce système de thermorégulation et mettre la vie de nos chiens en danger, c’est pourquoi il faut absolument utiliser des muselières adaptées qui respectent ce mécanisme vitale. 
 
                 
            

Nous nous opposons donc fermement à l’utilisation des muselières en nylon du type « manchon » (voir ci-contre) qui ne permettent pas au chien d’entrouvrir la gueule est d’haleter librement ! Je vois beaucoup trop de maîtres-chien utiliser ces muselières, qui se manipulent peut être rapidement mais qui provoquent de véritables souffrances à leur « outil de travail ». Imaginez-vous enfermé dans une combinaison étanche sous un soleil de plomb, vous allez très vite comprendre ce que le chien peut ressentir avec cette muselière 
De plus, depuis la loi sur les chiens catégorisés beaucoup de propriétaires utilisent ces muselières (très pratique à mettre autour du cou) sur des chiens au nez court qui sont déjà très sensible aux fortes chaleurs. Ces animaux sont en réel danger de mort ! 
Il faut absolument limiter l’utilisation de ces muselières à certaines occasions, comme lors de soins ou d’une visite chez le vétérinaire. 

Pour une utilisation quotidienne il existe des muselières qui limitent la gène occasionnée par son port, comme celles en cuir ajouré ou en grillage (que nous recommandons). Ces muselières permettent au chien d’haleter, de sentir et de s’exprimer librement tout en gardant leur efficacité. Elles sont peut être moins facile à manipuler et les prix sont plus élevés qu’une simple muselière en nylon, mais avec ces muselières vous respecterez le système de thermorégulation de votre chien. Avec un peu d’entraînement ces manipulations ne seront plus un problème.  
  


Si vous apercevez des chiens porter une muselière de type « manchon » en nylon n’hésitez pas à conseiller (gentiment) le propriétaire afin qu’il prenne conscience des risques qu’il fait courir à son compagnon (ou à son outil de travail). Merci pour le chien !. 
 
D’après un article du adcanes.fr

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !